7ème livre à paraître (sept. 2018 – Eds. Lambert-Lucas)

 


 

Le public ne s’y reconnaît pas aujourd’hui, en France, mais aussi en Europe. On n’explique pas l’existence de la psychanalyse, son histoire, sa place dans le champ « psy », sa fonction pour un Sujet en souffrance. On voudrait que le public n’y comprenne rien, on voudrait le cantonner dans l’ignorance qu’on ne s’y prendrait pas autrement.
Qui ça, « on »… ?
Les pouvoirs publics, les autorités sanitaires.
Est-ce à l’avenir d’une désillusion que les jeunes générations ont affaire ? La psychanalyse est constamment attaquée de toutes parts. Considérée comme non scientifique, prise pour une secte. Vieillie, « vieillotte » pour ses détracteurs, déconsidérée par ses querelles intestines auxquelles plus personne ne comprend rien, ayant oublié son histoire et les raisons de ses dissentions, la psychanalyse est en baisse inquiétante de popularité. Cela arrange beaucoup ceux qui ont la haine du sujet et qui disent que l’inconscient n’est plus « crédible ». Ils contribuent, secrètement ou ouvertement, à tuer la psychanalyse et voudraient la voir débarrasser le plancher pour mieux, eux-mêmes, venir l’occuper. Une hégémonie chasserait l’autre. Rien de nouveau sous le soleil de la psychè. (p.65)

 

Les commentaires sont fermés.