Jean-Michel Louka

psychanalyste

74 rue Dunois
75013 PARIS

Sur rendez-vous :
06 81 25 48 56

01 42 16 85 83


  • Psychanalyste depuis fin 1976
    - Fait partie de la cinquième génération des freudiens, et de la deuxième génération des lacaniens. Formé à l’Ecole de Lacan, à son Séminaire et ayant été l’élève de Serge Leclaire, analyste principal et contrôleur. Plus de quinze ans d’analyse personnelle.
    – Contrôleur (Superviseur), depuis 1996.
    – A tenu un Séminaire public de psychanalyse plus de vingt ans à Paris.
    – Déclaré membre de l’Ecole Freudienne de Paris (1977-1980 [dissolution de l'EFP] ).
    – Ancien membre de plusieurs associations ou écoles lacaniennes, après la dissolution de l’EFP par Lacan le 5 janvier 1980.
    – Fondateur et Président de l’association  » Gynépsy  » depuis 2003, qui a pour but :  » Accueillir, écouter et orienter toute femme en souffrance psychique « .
    – Membre du séminaire d’Alcoologie et d’Addictologie du Dr. Claude Orsel « Transfert, psychanalyse et psychothérapies » qui se tient dans le service d’Addictologie de l’hôpital Sainte-Anne (Dr. Xavier Laqueille) (2011-2018).
  • Etudes et titres
    - Université de Paris : Faculté de Médecine, Faculté de Sciences Humaines
    – Docteur ès Sciences Humaines, de l’Université de Paris, (Thèse de Doctorat en Socio-Anthropologie de la Médecine, de la Psychiatrie, de la Psychanalyse et de la Santé sur  » La Dépendance « , 1980, mention Très Bien, Félicitations du Jury.
    – Ancien Maître de Conférences des Universités en Sociologie et Anthropologie de la Médecine et de la Santé, de la Psychiatrie et de la Psychanalyse (1992-1996).
    – Ancien Chercheur au CNRS (Unité de Recherches du CNRS  » Santé et Société  » du Centre d’Études Sociologiques du CNRS, 1978-1999, plus de 80 publications sur le domaine de la médecine, des médecins, des psychiatres et de la santé (violences faites au femmes, alcoolisme féminin et toxicomanies).
  • Activités thérapeutiques
    - Création de plusieurs Consultations expérimentales de psychanalyste à l’hôpital, de 1980 à 2013 : Hôpital de Rambouillet, puis, à l’AP-HP : Rothschild, Saint-Louis, et la Pitié-Salpêtrière (Médecine Générale, Consultation de la Douleur, Service de Rhumatologie et Service de Chirurgie Gynécologique et Sénologique. Durant cette même période : Psychanalyste superviseur des équipes de Soins palliatifs de Paul Brousse et de la Pitié-Salpêtrière, et aussi de l’Institut Curie de Paris.
    – Dans plusieurs associations loi 1901 ou mouvements
    – Ancien  » leader « , superviseur (durant plusieurs années) de groupes Balint, membre de la Société Médicale Balint.
    – Psychanalyste Attaché au Service de Rhumatologie et à l’Unité-Consultation pluridisciplinaire d’Evaluation et de Traitement de la Douleur (1996-2018), du Pr. Bruno Fautrel, Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, AP-HP, 1996-2018.
  • Auteur de sept ouvrages de psychanalyse (Cf. la Bibliographie)

 

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

DE QUELQUES CHIFFRES…

L’OMS définit la Santé Mentale comme « Un état de bien-être dans lequel la personne peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail productif et fructueux et contribuer à la vie de sa communauté. »

En France, actuellement, une personne sur cinq est concernée par les troubles psychiques. Cela fait quand même plus de treize millions de personnes… dont au moins sept millions de femmes.

88% des personnes violées en France sont de sexe féminin, selon les chiffres de 2017 collectés par l’Observatoire national des violences faites aux femmes. Le viol aura inévitablment toutes sortes de repercussions psychiques et psycho-sexuelles sur la personne violée.

Le viol se réalise-t-il sur fond de perturbations, de “troubles psychiques” de la personne du violeur au moment du viol ? La question devrait, en effet, aujourd’hui au moins être posée.

Les « troubles psychiques » se présentent d’intensité et de durée variable, possiblement handicapants, générant la détresse psychologique ou encore une altération aggravée de l’épanouissement personnel.

Il est ainsi de nombreux problèmes de santé mentale qui s’épanouissent, encore plus aujourd’hui qu’hier, compte tenu de la fragmentation galopante de la société, de la violence croissante du rapport à l’autre, de l’isolement, de l’indifférence généralisée, de la radicalisation des positions religieuses. Une affection comme la dépression est traversée par 20 % de la population générale en France, ce qui conduit inévitablement à des drames : des tentatives de suicides (200 000 TS chaque année) ou pire, au suicide « réussi » (10 500 chaque année).

Dépressions, mais aussi troubles bipolaires, troubles alimentaires, schizophrénies, TOC… , sans parler du risque de burn-out, de plus en plus prégnant dans la société : en 2020, plus d’une personne sur cinq sera touchée par un trouble mental estime l’OMS. Toutes les formes d’addictions (avec ou sans objet) sont en progression constante.

*

Toujours selon l’OMS (2001), « La dépression se manifeste par une humeur triste, une perte d’intérêt pour toute activité et une baisse de l’énergie. Les autres symptômes sont une diminution de l’estime de soi et de la confiance en soi, une culpabilité injustifiée, des idées de mort et de suicide, des difficultés à se concentrer, des troubles du sommeil et une perte d’appétit. La dépression peut aussi s’accompagner de symptômes somatiques. »,

Pour l’heure, en France, il est avéré que 4,3 % de la population générale sont concernés par des troubles phobiques, que 12,8 % des personnes ont souffert à une moment ou à un autre de troubles anxieux généralisés, et que les troubles bipolaires concernent 3,7 % de la population générale. Quant aux TOC (Troubles obsessionnels compulsifs), ils sont situés au 4ème rang des troubles psychiques.

L’OMS estime que 25 % de la population mondiale sera demain concernée à un moment ou un autre de sa vie par un trouble mental qui demeure au 3ème rang des maladies les plus fréquentes après le cancer et les maladies cardiovasculaires !

Parmi les pathologies les plus préoccupantes au XXIe siècle, cinq ont été identifiées par l’Organisation Mondiale de la Santé : la schizophrénie, le trouble bipolaire, l’addiction, la dépression et le trouble obsessionnel compulsif.

Jean-Michel LOUKA

23 JUIN 2019

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

DU SEXE ET DU DIVORCE

Il existe un domaine crucial, parmi d’autres, pour lequel le divorce d’«elle» n’est pas le même que le divorce d’«il». Ce domaine, c’est celui de la sexualité !

Là où un homme qui divorce se sentira le plus souvent pousser des ailes, parce que libre de désirer et donc de courtiser, « toutes » les femmes de la planète, – il en forme le fantasme, lequel lui permet de ne pas s’effondrer. Une femme se voit, au contraire, dans son être, plus ou moins brutalement remise en cause : sa féminité, sa beauté, son pouvoir d’être désirable et de susciter l’amour, sa condition même de femme s’en trouvent, à ses yeux, brusquement contestés, bouleversés, remis en question.

Un doute s’installe, une culpabilité tombe sur elle et la rattrape par la manche : « quelle femme suis-je donc ? ». Plus encore : « quelle femme suis-je devenue pour en être arrivée là ? ».

Bref, elle se sent rejetée par les autres, tout autant que par elle-même. Elle n’a plus confiance en elle. Elle se retrouve d’un coup déconstruite, voire détruite, comme « en vrac », Un sentiment d’insécurité absolue en est la conséquence directe.

Pour surmonter ce mal être, il ne faut pas hésiter à demander de l’aide au médecin, au psychiatre, au sexologue, au psychologue ou au psychothérapeute. Mais comment se soigner grâce aux mots ? Voilà, ce qui se confie lors d’une analyse.

Que fait alors le psychanalyste ? Quel est son rôle?

Il engage un travail de re-construction, qui s’avère le plus souvent être essentiellement un travail de construction, car il n’y a pas réellement eu de travail de construction de la personnalité comme il aurait du ou pu se faire en son temps. « Je ne savais pas ce que c’était qu’être une femme, avoir un corps sexué de femme, confie Marie. Je pensais, comme on le répétait, que c’était ne pas avoir ce qu’avait un homme, manquer de ce sexe masculin, le pénis. Manquer ! J’ai compris que j’avais moi-même, en tant que femme, un sexe, un sexe féminin, et que je ne manquais en fait de rien, que j’étais en somme entière, sexuellement complète. »

C’est aussi un travail de réparation, un exercice de l’esprit, lequel débouche, bien mené, sur une naissance,…pas une re-naissance comme l’on dit trop souvent ! Diane remarque : « je croyais que j’étais née parce que j’étais physiquement née ; je me suis aperçue que c’était bien autre chose de naître à soi-même comme femme, surtout sexuellement. »

Et l’on pourra oser dire, à terme, « une femme est née » ! Il s’agit, bien entendu, d’une naissance à elle-même et par elle-même, à la fois donc, parturiente et accoucheuse. Naissance à son être de femme, lui permettant d’aborder autant la question du féminin, pour elle, que celle de  la conquête de sa propre féminité.

Cette naissance accomplie, le travail du psychanalyste touche bientôt à son terme. Ce qui permettra ainsi à l’avenir d’éviter, au mieux, les pièges de la répétition.

On constate alors qu’une femme se met à parler autrement du sexe, de sa sexualité. C’est, pour elle, devenu une autre sexualité. « Je me suis rendue compte, dit Charlaine, que ma jouissance n’était qu’en partie ressemblante à celle de mon nouveau compagnon. Il y en avait une autre qui m’était propre, une jouissance, si spécifique de mon corps et de mon être féminin, qui rendait mon ami parfois envieux. »

Ou plutôt, dirons-nous, une sexualité Autre, c’est-à-dire nouvelle, inconnue auparavant.

Assumée maintenant comme telle.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Retour au transfert

En 2008, j’ai écrit et publié à Paris, chez L’Harmattan, un livre traitant de la question du transfert, intitulé : « De la notion au concept de transfert, de Freud à Lacan ».

Qu’est-ce qui pousse quelqu’un à demander à être reçu par un psychanalyste ? Et qui plus est, ensuite, et surtout,… à revenir ?

À revenir régulièrement, chose étonnante, parfois durant plusieurs années ? Le transfert.

Le transfert, c’est l’amour dit Lacan, ex-abrupto, dès sa conférence de Louvain (13 octobre 1972) et à Rome aux journalistes qui l’interrogent lors de la conférence de presse à la veille de « La Troisième », en 1973.
Pas de différence de nature entre le transfert et ce qu’on appelle communément l’amour. C’est du même tonneau, de la même étoffe.

Pour Freud, c’est essentiellement une répétition, celle d’une image, une imago, d’un personnage du passé, père, mère, etc.

C’est le passé dans le présent. Même s’il admet qu’il y a quelque chose de réel, d’actuel, dans le transfert avec le psychanalyste. Une répétition qui va créer une forme de résistance au travail analytique et, en même temps, c’est ce que ce couple analyste-analysant possède, en fait, de mieux comme cadre pour l’avancée  dudit travail de la cure.
Pour Lacan, il y a deux transferts, compte tenu de l’introduction de  son nouveau paradigme pour la psychanalyse, RSI (Réel, Symbolique, Imaginaire). Le transfert imaginaire, principalement celui déjà repéré par Freud, et un transfert symbolique qu’il introduit et distingue, dégage, avec sa notion de grand Autre et grâce à son insistance qu’il fait porter sur la parole, le signifiant, i.e. le registre du Symbolique.
Ce qui n’était pas aussi clairement distingué chez Freud.

Un troisième transfert peut dès lors s’inférer à partir du RSI lacanien, le transfert réel, ou plus précisément, dans le Réel. C’est la dimension réelle du transfert.

C’est  ce « troisième » transfert, cette troisième dimension réelle du transfert qu’il m’importe aujourd’hui, dix ans après mon ouvrage, de reprendre. D’où ce « retour au transfert », comme ci-dessus annoncé.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Attention !

La psychanalyse est une avancée de la civilisation sur la barbarie.
Voudrait-on le retour de celle-ci que l’on ne s’y prendrait pas, en ce moment, autrement… !
Publié dans Non classé | Commentaires fermés

POUR LA PSYCHANALYSE

Voici, ci-dessous, ma vision des choses pour un projet. Elle repose sur quelques principes, dont ci-après une première ébauche.

1. Il ne s’agit pas de se servir de la psychanalyse, mais il s’agit plutôt de la servir.

2. Il s’agit de la défense et de l’illustration de la psychanalyse  – cette praxis originale inventée par Freud -, parce qu’elle est sérieusement menacée d’assasinat et d’extinction. Et, je l’ai dit et écrit, la psychanalyse est une discipline mortelle !

3. C’est le signifiant “psychanalyse” qui est à défendre et à illustrer. Pas les noms propres de Freud ou de Lacan ou de quelques autres. Ces noms, et leurs oeuvres, doivent prendre leur juste place dans l’histoire du mouvement psychanalytique qui continue.

4. Le monde a changé et depuis la disparition de Freud (Londres, 1939), et depuis celle de Lacan (Paris, 1981). Tous les grands noms qui ont marqué l’histoire de notre discipline s’en sont allés. Les derniers grands élèves de Lacan, pour nous français, sont en voie d’extinction. Ils disparaissent les uns après les autres. En reste-t-il même encore dix à ce jour ?

5. La société française, parmi les sociétés occidentales, est en pleine mutation. La psychanalyse ne s’y pratique plus comme il y a quarante ans, je puis en témoigner. Les pures demandes d’analyse se sont progressivement raréfiées. Les plus jeunes d’entre nous souffrent ainsi d’un manque criant de clientèle pour s’installer, mais ce fait doit être tu dans les sociétés,…Chut ! Pourquoi ne pas dire que le Roi est nu ?

6. La psychanalyse est, en France, critiquée, attaquée de toutes parts, combattue, voire interdite (Cf. dans le domaine de l’autisme), tout cela avec le consentement aveugle et veule des pouvoirs publics trop facilement conquis par les psychothérapeutes et leurs cinq cents techniques de psychotherapies. Qui a connu Freud vivant ? Personne, bien sûr. Qui a connu Lacan vivant… ? Quelques-uns encore qui se retrouvent en charge aujourd’hui de ce que l’on appelle l’enseignement, la formation, en un mot la transmission.

7. Les plus jeunes d’entre nous n’ont plus alors qu’un rapport livresque aux textes de Freud, Ferenczi, Abraham, Ana Freud, Mélanie Klein, Donald Winnicott et Lacan. Et le danger serait de laisser l’Université former en théorie les esprits des plus jeunes sous le contrôle de l’Etat, puisqu’en pratique elle ne le peut.

8. Tous les modèles d’institution pour la psychanalyse ont été, depuis belle lurette, tentés, essayés, proposés/imposés, expérimentés. Tous ont échoué, il faut quand même le dire, au bout de quelques mois ou de quelques années : le modèle de l’Eglise (I.P.A.), le modèle de l’Armée (E.C.F.), le modèle de l’école antique de philosophie (celui dont se réclamait Lacan à la fondation de son école, en 1964, l’E.F.P.).

9. Je pense qu’il faut, aujourd’hui, être modeste, humble. Ce qui n’empêche nullement d’être rigoureux.

10. Aucun analyste à venir ne pourra socialement et psychanalytiquement rester isolé, sans attache institutionnelle a minima. Les pouvoirs publics et les autres professionnels du champ psychique (psychiatres, psychologues, psychothérapeutes), comme le public, ne supporteront plus, à l’avenir, cette solitude socio-professionnelle du psychanalyste rabattue sur un supposé charlatanisme incontrôlé. Du point de vue de ce praticien appelé “psychanalyste”, il serait encore plus dangereux de “se croire être” psychanalyste, seul dans son coin. La psychose et/ou la perversion le rattraperaient bien vite pour l’habiter à son insu.

11. Nous, les psychanalystes d’aujourd’hui, nous ne voulons plus être pris en 2017 dans les déviations et les compromissions qui affectent notre pratique et notre présence au monde au contact de la psychiatrie biologique et comportementaliste, de la psychologie et des psychothérapies. Notre pratique s’y trouve déconsidérée, y dégradant son emploi et amortissant d’autant son progrès. Nous voulons sonner la sonnette d’alarme et restaurer le soc tranchant de la vérité.

12. Car c’est ainsi, c’est bien la vérité, oui la vérité, que vise la psychanalyse. La vérité du sujet, celle de son désir, d’un sujet divisé entre vérité et savoir.

13. Si l’ambition nous habitait  – et pourquoi ne nous habiterait-elle pas ? -, nous pourrions parler en utilisant des gros mots : Relance, renouveau, voire renaissance ou reconquête de la psychanalyse en ce pays, la France, et du devoir qui lui incombe en ce monde. Voilà quels seraient les maîtres-mots.

14. Je suis pour une association loi 1901, simple, claire, basique, ouverte, avec une seule catégorie de membres. Que cette association porte un jour une école, ou non, est déjà une autre question, insoluble au jour d’aujourd’hui.

15. Ce qui veut dire, dans mon esprit, qu’il faut revenir en-deçà de ce qu’entraîne, ipso facto, la notion lacanienne d’école : cartel et passe. Pour aller, un jour, au-delà, le fameux jenseits de Freud.

16. Une association, faisant collectif, institution de rattachement, port d’attache, “home”, havre, base de ressourcement mais aussi d’actions, cercle d’échanges de pairs, club,… pourquoi pas !

17. Le tout dans ce que Lacan avait nommé transfert(s) de travail, et j’ajouterai, un profond respect des différences.

18. Les noms qui me conviendraient sont : “Le réveil de la psychanalyse”, ou “Pour la psychanalyse”, ou encore “La psychanalyse”… C’est le signifiant “psychanalyse” qui importe aujourd’hui, pas les noms propres, fussent-ils historiques. La psychanalyse est devenue une discipline commune… !

Telle est ma conception à ce jour !

***

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

DEMAIN LA PSYCHANALYSE

JEAN-MICHEL LOUKA

Pas de psychanalyse sans psychanalystes en exercice. Pas de psychanalyste sans la psychanalyse, comme théorie et pratique vivantes à questionner, inventer.

Le terme de psychanalyste est devenu aujourd’hui, un mot tabou ! Et d’autant plus tabou qu’il n’est pas précédé de l’expression par ailleurs. Vous pourrez entendre un : je suis psychiatre et, par ailleurs, psychanalyste, ou bien, je suis psychologue clinicien et, par ailleurs, psychanalyste… mais jamais : je suis un psychanalyste. Si vous le dites, – et je le dis -, l’on vous rétorquera immédiatement, faites-en l’expérience : psychanalyste, ça ne veut rien dire, ça n’existe pas. En fait, dites-moi, vous êtes psychiatre ou psychologue ?

Je suis un psychanalyste français, ce qui veut dire que ma langue, que l’on appelle maternelle, est le français. Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

La révolution freudienne

La révolution freudienne

Publié dans Théorie psychanalytique | Commentaires fermés

Je suis un psychanalyste français

Je suis un psychanalyste français, ce qui veut dire que ma langue, que l’on appelle maternelle, est le français.

J’ai, aujourd’hui, quarante-deux années d’expérience de cette praxis originale que Sigmund Freud a inventée sous le nom de psychanalyse, comme psychanalysant, contrôlé, puis psychanalyste et contrôleur moi-même. J’approche les soixante-dix ans.

Ma légitimité, – question cruciale en notre métier où l’université médicale ou de sciences humaines ne peut répondre par la délivrance de ses diplômes qui, en notre domaine disciplinaire, ne garantiraient à peu près rien, seraient-ils nationaux -, je la tiens de pouvoir, parmi mes pairs et à la suite de mes maîtres, me compter.

J’appartiens à la cinquième génération des psychanalystes dans le monde depuis Freud. Je peux ainsi décliner ma filiation  : Freud (0) eut, parmi ses premiers élèves, Hanns Sachs (1), qui analysa Rudolph Loewenstein (2), lequel fut l’analyste de Lacan (3). Ce dernier aura, parmi ses premiers élèves, Serge Leclaire (4). « Le premier psychanalyste lacanien », selon Elisabeth Roudinesco[1]. Je suis l’un des élèves de Leclaire, j’appartiens donc aussi à la deuxième génération des lacaniens. Ayant suivi l’enseignement de Lacan vivant, ce qui s’appelait son Séminaire, ayant pratiqué et m’étant déclaré praticien à son école du 69, rue Claude Bernard à Paris, je peux me dire disciple de Lacan, membre de son école et élève de Leclaire. Je ne suis donc pas un enfant illégitime du lignage freudien et de la psychanalyse. Freudien, je suis un lacanien.-

Aujourd’hui, et depuis un certain nombre d’années déjà, je m’aperçois que je dispense une sorte de « formation » à quelques-uns de mes analysés ou de mes contrôlés, formation dont je ne me suis pas tout de suite aperçu moi-même, mais dont j’ai fini par être averti par ceux-là mêmes qui m’en témoignaient quelque chose, parfois à leur insu. Une transmission ainsi s’effectue, je me dois de le constater, pour ceux qui viennent, à mon cabinet, me demander une analyse ou un contrôle, et spécialement quand ils prennent soin d’en pousser, avec un certain courage, ce qui n’est pas donné à tout le monde, jusqu’à son terme ladite effectuation. Alors, mais alors seulement, ils rencontrent, lacaniennement, que l’analyste ne s’autorise que de lui-même.


[1] Elisabeth Roudinesco, Histoire de la psychanalyse en France, 2 tomes, Seuil, 1986.

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Rompre le médecin à la relation

Les très significatives réponses des généralistes aux questionnaires réitérés depuis belle lurette, par exemple parmi d’autres, celui, déjà ancien, du « Quotidien du Médecin » (numéro du 7 mars 1995), et les articles nombreux qui régulièrement soulèvent cette question, indiquent l’extrême nécessité, quoi qu’on dise, de rompre le médecin à la relation avec son patient.

Le savoir scientifique et le savoir-faire technique, conditions sine qua non de la compétence médicale, ne suffisent pas plus à faire le médecin, qu’à prendre soin de l’homme souffrant. La formation à la relation médecin-malade-maladie (et non pas seulement médecin-malade) devrait être reconsidérée dans ses exigences spécifiques. Elle n’est pas fondée sur l’intersubjectivité, mais au contraire sur son absence. C’est précisément cette absence et ce qui vient à sa place – tout ce qu’imagine le médecin de « son » malade, et tout ce qu’imagine le malade de « son » médecin -, qui mène le jeu de ladite  « relation ». Cette relation se spécifie d’un lien particulier où le médecin a à se repérer. A quelle place met-il son malade ? A quelle place le malade le met-il et de quelle place lui répond-il ? Pourquoi répond-il ainsi à celui-ci et pas à celui-là à propos d’une même situation pathologique ? A son insu le médecin s’implique subjectivement plus qu’il ne le pense et plus qu’il n’est souvent prêt à l’admettre. Et cela s’appelle le transfert.

C’est cette implication transférentielle qui peut faire l’objet d’un travail de prévention, un travail de repérage en petit groupe. Il permet, à partir de cas personnels apportés et discutés par les participants, sous le sceau du secret, de cerner, de serrer au plus près toutes les dimensions de la question, et ainsi de prendre en compte les effets transférentiels au sein desquels les place leur pratique médicale. Un effet d’enseignement s’en recueille qui bénéficie à chacun dans sa pratique professionnelle, mais aussi dans toute sa vie relationnelle. Quand on veut guérir, il faut aussi prévenir.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés